Actu

Mon jardin est envahi de pucerons, que faire ?

A cause de la petitesse de leur taille, il est souvent difficile de détecter la présence des pucerons dans le potager. C’est ainsi que vous pouvez vous rendre compte de leur présence lorsqu’il se fera déjà tard. Friands de variétés multiples de plantes, elles en consomment à tel point que l’on mettra une éternité pour recenser les variétés qui font partie de leur menu. Au vu des différents dégâts que peuvent causer ces bestioles, quelles solutions faut-il adopter pour les mettre hors d’usage de nuire ? Découvrez tout ce qu’il faut savoir pour se débarrasser de ces nuisibles des potagers. 

  1. Identifiez les pucerons

Pour mener une lutte efficace contre les pucerons, il faut au préalable être en mesure de les identifier. 

A découvrir également : Comment trouver facilement des pièces détachées pour tracteur ?

Comment détecter la présence de ces nuisibles des potagers ?

Pour être certains que les dégâts occasionnés dans votre potager sont l’œuvre des pucerons, vous devez mener une analyse scrupuleuse de toutes les parties de vos plantes. 

A lire aussi : Pourquoi est-ce que de plus en plus de propriétaires immobiliers s’inquiètent-ils d’économiser de l’énergie en 2022 ?

Le plus souvent, ces bestioles sont présentes sous les feuilles et les tiges de la plante. 

Au cours de votre inspection, si vous constatez la présence des petites bestioles vertes au corps bulbeux, alors, vous avez découvert votre ennemi.

Ce petit insecte en forme de poire et au corps mou a une longueur qui peut varier entre 2 et 4 mm. 

Le plus souvent, vous les trouverez en couleur verte. Mais il en existe également en couleur noire, marron, gris, rouge et jaune. 

A l’âge adulte, vous en trouverez certains qui sont sans ailes et d’autres qui en ont.

D’un point de vue physique, les pucerons présentent un corps à trois parties, possèdent six pattes, avec une tête qui porte deux antennes situées entre ses deux yeux. 

Les pucerons peuvent encore être identifiés par la présence du miellat ». C’est une substance collante et transparente sécrétée par ces derniers.

En effet, cette substance est beaucoup appréciée par les fourmis. 

Lorsque vous constatez une forte présence des fourmis sur vos plantes, il est fort probable que les pucerons y sont aussi présents.

Une fois que vous avez constaté la présence de ces bestioles dans votre jardin ou dans votre potager, il faut se décider le plus rapidement possible sur la méthode à utiliser pour les combattre.

  1. Déterminez l'étendue de l'infestation 

Comme nous venons de le souligner dans le paragraphe précédent, après avoir confirmé la présence des pucerons dans votre potager, vous devez vous décider de la méthode de combat à adopter.

A cet effet, il sera primordial de déterminer au préalable l’étendue de l’infestation avant de vous décider sur le choix de la méthode de combat à adopter.

Si vous constatez que seule quelques plantes de votre potager ont été contaminées, pas la peine de prendre les mesures drastiques. 

Il suffit d’enlever les pucerons sur les plantes en les ramassant avec vos mains. 

Chercher à utiliser une méthode de lutte quelconque vous fera perdre votre temps et gaspiller de l’argent. 

Enlever les manuellement et prenez la peine de vérifier toutes vos plantes pour voir si vous n’avez pas laissé d’autres par mégarde.

Par ailleurs, si vous constatez que l’infestation est déjà à grande échelle, c’est le moment d’employer les moyens forts pour y faire face. 

A ce moment, il faudra décider de quelle méthode utiliser pour les combattre. 

Parmi les nombreuses méthodes qui existent, les plus efficaces sont : 

  • Les méthodes de lutte organiques ;

  • L’utilisation des insecticides ;

En quoi consiste chacune de ces méthodes ?

Quelle est leur efficacité sur les pucerons ?

Et quel est leur impact sur l’environnement ?

Continuez la lecture, certainement, vous trouverez votre compte parmi ces différentes méthodes.

  1. Essayez d'utiliser des méthodes organiques telles que le savon en spray ou l'huile horticole pour vous débarrasser des pucerons 

La lutte organique est une méthode de lutte fondée sur une approche respectueuse de l’environnement. 

Cette méthode de lutte utilise les produits naturels moins toxiques et moins nocifs pour les plantes et l’environnement.

 Outre le fait qu’elles permettent de se débarrasser des insectes nuisibles, on peut également s’en servir pour lutter contre les maladies et les mauvaises herbes.

Pour le cas d’espèce, le savon en spray et l’huile horticole s’avèrent être très efficaces pour se débarrasser des pucerons sur les plantes. 

Comment agissent-ils sur les pucerons ?

Comment les utiliser efficacement afin d’optimiser vos résultats ?

Nous allons procéder à une analyse au cas par cas, pour déterminer le mode d’action et l’efficacité de chacun de ces produits.

L’utilisation du savon à spray 

Certains savons liquides semblent être très efficaces pour lutter contre les pucerons et d’autres insectes qui infestent généralement les plantes des potagers. 

Parmi ces derniers, le savon noir semble être très apprécié par les jardiniers pour ses propriétés antiseptiques.

Même s’il possède des propriétés antiseptiques, il reste tout de même inoffensif pour l’environnement et pour les plantes sur lesquelles il est utilisé. 

Comment fabriquer un spray pour lutter contre les pucerons sur vos plantes ?

Pour votre spray au savon noir, vous aurez besoin du savon noir en liquide et de l’eau tiède. 

Pour la préparation, diluez 5 cuillères de savon noir dans un litre d’eau chaude. 

Ensuite, laissez refroidir le mélange, et mettez-le dans un tube en spray pour pulvériser les plantes infestées par les pucerons. 

Pour le mode d’emploi, il est préférable de le pulvériser le matin ou en fin de journée par de beaux temps. 

Veillez à l’appliquer soigneusement sur les parties de la plante sur laquelle se trouvent beaucoup de pucerons. 

Le spray au savon noir peut aussi être utilisé en mode préventif contre les pucerons. 

Pour cela, vous devez le pulvériser sur vos plantes au printemps et à l’automne qui correspondent aux périodes qui précèdent la ponte des pucerons.

Utiliser l’huile horticole

Une huile horticole est un pesticide biologique fabriqué pour contrôler les insectes sur les plantes.

Elles sont généralement fabriquées à base des produits pétroliers et sont pures de 92 à 99 %. 

Dû à ce fait, vous n’avez pas à craindre pour leur toxicité sur vos plantes. Elles peuvent bien être utilisées sur les plantes à fruits et ont un degré d’incidence minime sur les insectes utiles. 

Les huiles horticoles sont très efficaces sur les œufs d’insectes exposés, sur les insectes au stade immature et sur les insectes adultes au corps mou.

Elle est beaucoup utilisée sur les cochenilles, les aleurodes, les pucerons et les arachnides.

Les huiles horticoles agissent uniquement lorsqu’elles sont au contact de la peau de l’insecte. 

En effet, son contact avec la peau de l’insecte crée une obstruction de ses voies respiratoires. C’est ainsi que ce dernier s’étouffe et meurt.

L’avantage des huiles horticoles réside au niveau du fait que :

  • Elles ne nécessitent qu’un simple pulvérisateur du jardin pour les répandre sur les plantes. Donc vous n’avez pas besoin d’un grand équipement pour son application ;

  • Il existe moins de risque que les pucerons développent une résistance contre elles. Cela s’explique par le fait que leur mode d’action est mécanique et non chimique ;

  • Elles sont inoffensives pour l’environnement et pour l’homme ;

En définitive, il faut retenir que les huiles horticoles sont efficaces pour lutter contre les pucerons lorsqu’elles sont bien utilisées.  

  1. Si ces méthodes ne fonctionnent pas, envisagez d'utiliser un insecticide ; assurez-vous de lire l'étiquette et de suivre attentivement toutes les instructions

Dans les méthodes de lutte contre les insectes nuisibles, il peut arriver que l’on ait affaire à une résistance du parasite au traitement utilisé.

En effet, suite à une mise en contact régulier entre l’insecte nuisible et le produit utilisé pour le combattre, il peut arriver que ce dernier développe une forme de résistance contre ledit produit. 

Que faut-il faire après un tel constat ?

Faut-il continuer à utiliser le même produit pour lutter contre le nuisible identifié ou bien faut-il rechercher une méthode alternative ?

Continuer à utiliser le même produit ne changera en rien le résultat obtenu jusqu’à là. 

La meilleure résolution, c’est d’opter pour une méthode alternative.

A cet effet, l’utilisation des insecticides semble être la méthode la plus indiquée pour cela. 

Certes, l’utilisation des insecticides est beaucoup critiquée à cause de leur effet toxique sur la plante et la biodiversité. 

A ces critiques, nous répondrons que tout dépend de la qualité de l’insecticide et de la manière de l’utiliser. 

En effet, il existe des substances dont l’utilisation est formellement interdite dans les pesticides. 

De ce fait, en achetant votre pesticide, prenez tout le temps nécessaire pour lire l’étiquette collée dessus. 

Cela vous évitera d’acheter un insecticide contenant un taux de toxicité élevé.

Parmi ces substances, on dénombre :

  • Le nonylphénol éthoxylé ;

  • Le prop chlore ;

  • La perméthrine ;

  • Etc.

Les insecticides contenant toutes ces substances sont interdits de vente en Europe.

Une autre raison pour laquelle certaines personnes rechignent à utiliser les pesticides, c’est leur effet sur les plantes.

En effet, cela n’est pas un problème en soi. 

Ces effets sont en réalité liés à la toxicité de l’insecticide. 

Si vous utilisez un insecticide de bonne qualité, vous n’avez pas à avoir peur pour vos plantes et n’avez pas aussi à avoir peur de son impact sur l’environnement.  

Pour un bon usage des insecticides, voici quelques recommandations préconisées par l’Agence française de la sécurité sanitaire, de l’alimentation, de l’environnement et du travail (l’Anses) :

  • Faire usage des gants pour l’utiliser, si cela est indiqué sur l’étiquette ;

  • Après la pulvérisation, aérer l’espace sous lequel il a été pulvérisé avant d’y entrer de nouveau. Cette précaution est valable, pour ceux qui utilisent l’insecticide pour lutter contre les pucerons sur les plantes d’intérieur ;

  • Eviter de mettre ces produits à la portée des enfants ;

  • Ne pas jeter son emballage dans la poubelle. En effet, il est recommandé de laisser les emballages des insecticides directement à la déchetterie pour permettre aux services d’hygiène de la mairie de s’en débarrasser directement ;

Sous le respect des conditions suscitées, vous pouvez utiliser les insecticides chimiques pour combattre les pucerons dans la mesure où ils ont développé une résistance aux autres formes de traitement.                                                                     

  1. Gardez un œil sur vos plantes après le traitement et continuez à surveiller toute nouvelle activité des pucerons

Le suivi des plantes après traitement est une étape que beaucoup de personnes négligent pourtant, il est très important.

En effet, on ne vient pas toujours à bout des parasites après un traitement. 

Chez les pucerons par exemple, il peut y avoir des œufs qui ont survécu au traitement. 

Ce qui fait qu’après cette période, elles vont éclore pour donner naissance à une nouvelle vague de pucerons.

Avec leur taux de fécondité autant élevé, si vous n’êtes pas aux aguets, vous risquez de constater la présence de ces derniers quand il se fera très tard. 

Dans une telle situation, qu’a- t-il  lieu de faire ?

On ne le dira jamais assez, prévenir vaut toujours mieux que guérir. 

Pour éviter de faire encore face à une nouvelle invasion des pucerons après traitement de votre jardin, il serait mieux de mettre en place des mesures préventives.

Pour vous accompagner dans ce sens, nous avons déniché pour vous, une liste de 3 mesures préventives qui peuvent vous être utiles :

  1. Attirer les insectes utiles dans ton potager

Les insectes utiles sont des insectes qui se nourrissent des parasites qui colonisent le potager. 

Pour le cas d’espèce, c’est-à-dire pour le cas des pucerons, leurs ennemies naturelles sont les coccinelles. 

Créer les conditions favorables pour attirer les coccinelles dans votre potager et vous n’aurez plus à craindre des pucerons.

  1. Planter les plantes que les pucerons détestent

Il faut noter qu’il y a certaines fleurs que les pucerons détestent.

Plantez-les dans votre potager et elles vous aideront à les éloigner. 

Pour ce faire, vous pouvez utiliser ses plantes pour créer un pourtour autour de votre potager ou de votre verger. 

Si le combat est mené contre les pucerons présents sur les plantes d’intérieur, vous pouvez planter ces plantes autour de votre maison.

  1. Utiliser des jets d’eau pour les éloigner

 Des forts jets d’eau pulvérisés sur vos plantes permettront d’y décoller les pucerons. 

Même les plus tenaces ne résisteront pas à la pression.