Actu

Arboriculteur : que faut-il savoir sur ce métier ?

Vous aimeriez devenir arboriculteur ? Dans la suite de cet article, nous allons vous expliquer tout ce qu’il faut savoir sur la profession.

Arboriculteur : les qualités

L’arboriculteur ou agent arboricole doit choisir des variétés d’arbre pour produire des fruits ou des terrains pour semer. Il doit être à la fois entrepreneur, réaliste et conventionnel. Dans le cadre de son métier, il doit aussi protéger les arbres et les espèces végétales.

A voir aussi : Cultiver du chanvre dans son jardin, c'est possible ?

Arboriculteur : les missions

Il doit également disposer de différentes connaissances et compétences :

    A lire également : Quelle pierre naturelle de chez Rhone pierre choisir pour son sol intérieur ?

  • préservation et conservation des arbres et des espèces végétales ;
  • écologie forestière ;
  • normes de santé et de sécurité ;
  • mener des activités de lutte contre les maladies et les ravageurs ;
  • planter des graines ;
  • donner des conseils sur les questions relatives aux arbres ;
  • protéger la biodiversité ;
  • entretenir les arbres ;
  • effectuer des éclaircissements par défaut ;
  • fertiliser ;
  • activités de conservation des forêts ;
  • calculer les dommages ;
  • inspecter les arbres ;
  • pulvériser des pesticides ;
  • grimper aux arbres ;
  • lutte contre les maladies des arbres ;
  • etc.

Un arboriculteur protège les arbres mais il doit aussi être capable de se protéger lui-même au travail. Par exemple, pour la protection des yeux, il doit utiliser un écran facial.

Arboriculteur : la formation

Le secteur de l’arboriculture est très actif que ce soit en saison ou pas. En effet, il s’agit d’un secteur porteur qui nécessite beaucoup de main d’œuvre. Par ailleurs, une certaine qualification est nécessaire. La cueillette et l’élagage sont des techniques qui peuvent être apprises sur le terrain mais la taille demande une certain expérience ainsi qu’une bonne connaissance des arbres. Pour devenir arboriculteur, le parcours de formation possible est le suivant :

  • CAP agricole métiers de l’agriculture ;
  • BPA travaux des productions horticoles ;
  • BAC PRO productions horticoles ;
  • BTSA PH production horticole ;
  • BTSA agronomie productions végétales ;
  • Licence pro productions végétales ;
  • Licence pro gestion des organisations agricoles et agroalimentaires.

Il faut savoir que tous les professionnels en activité peuvent aussi bénéficier de la formation continue pour obtenir de nouvelles compétences. Ainsi, ils peuvent se spécialiser et évoluer pour obtenir un meilleur salaire.

Arboriculteur : le salaire

L’arboriculteur reçoit un SMIC auquel s’ajoutent différentes primes en fonction des rendements. Dans le cas où il serait exploitant, sa rémunération dépendra directement de ses tarifs et de son niveau de production.

Arboriculteur : les outils et équipements nécessaires

L’arboriculteur doit être équipé de différents matériels pour mener à bien sa mission. Tout d’abord, il doit disposer d’une échelle qui lui permettra de grimper aux arbres. Celle-ci peut être simple ou télescopique selon les besoins et la taille des arbres cultivés.

Il est aussi nécessaire qu’il possède une tronçonneuse pour abattre les branches et couper le bois. Cette dernière doit être adaptée en fonction du diamètre des branches à couper, ainsi que de la fréquence d’utilisation.

Pour l’entretien des sols, un motoculteur est souvent utilisé afin de retourner la terre et faciliter l’épandage des engrais et autres traitements phytosanitaires.

Certains arboriculteurs disposent de cueilleurs fruitiers qui leur permettent de récolter les fruits sans avoir besoin de monter dans l’arbre. Ce type d’équipement est particulièrement pratique lorsque les arbres sont très hauts ou difficiles à escalader.

Tous ces outils peuvent représenter un investissement important pour un arboriculteur débutant mais sont indispensables pour assurer un travail efficace et rapide sur le terrain. Il faut donc en tenir compte lorsqu’on souhaite se lancer dans cette profession exigeante mais passionnante.

Arboriculteur : les avantages et inconvénients du métier

Le métier d’arboriculteur présente à la fois des avantages et des inconvénients qu’il faut prendre en compte avant de se lancer dans cette profession.

L’un des principaux avantages du métier est la possibilité de travailler en pleine nature, au contact des arbres et des plantations. Pour les personnes qui aiment être à l’extérieur et qui sont sensibles au monde végétal, c’est une source de satisfaction très importante.

Le travail d’arboriculteur est très varié : il peut s’agir tantôt d’élaguer les branches mortes ou malades, tantôt de planter de nouvelles espèces pour renouveler les cultures. Les journées ne sont donc jamais monotones et offrent un vrai défi intellectuel.

Ce métier comporte aussi quelques inconvénients. Il faut avoir conscience que le travail physique sur le terrain peut être intense. Monter aux arbres avec une échelle ou couper du bois avec une tronçonneuse n’est pas facile tous les jours.

La saisonnalité de la production rend difficile la gestion financière pour certains arboriculteurs débutants. Les fruits ne poussent pas toute l’année selon leur cycle biologique naturel, ce qui implique que les revenus seront soumis à des variations importantes suivant leur récolte annuelle.

Les contraintes sanitaires liées aux traitements phytosanitaires peuvent être lourdes pour certains arboriculteurs qui choisissent de cultiver selon les normes en vigueur.

Malgré ces inconvénients, le métier d’arboriculteur est une profession noble et très gratifiante. La connaissance des arbres et de la nature est bien sûr indispensable, mais il faut aussi faire preuve de patience et d’adaptabilité pour réussir dans cette activité exigeante.