Quelle est l’alimentation de la Coccinelle ?

Lire également : Quelle distance autour d'un lit ?

« La coccinelle se nourrit de pucerons » : cette phrase doit être lue plus d’une fois. Et pourtant c’est un coup très réducteur et double : ce n’est pas la coccinelle, mais les coccinelles et les pucerons sont loin de la seule nourriture de ces insectes ! Ce type de généralisation de l’outrance est abondante dans les journaux, les magazines de jardin et même dans les manuels scolaires, et même dans les manuels scolaires, et reflète le manque général de connaissances sur la biodiversité, avec toutes ses disparités dans le mode de vie et surtout dans les régimes alimentaires. Par conséquent, faisons connaissance avec les coccinelles, que nous croyons connaître, mais qui ne connaissent généralement qu’une ou au plus deux espèces : la coccinelle à sept points, l’archétype de la représentation imaginaire d’une coccinelle, et la coccinelle asiatique, l’archétype des honneurs des espèces envahissantes. UN vision très étroite par rapport aux 130 espèces qui peuvent être observées en France au moins, et à la diversité de leur alimentation.

A lire en complément : Comment redresser une piscine autoportée ?

Coccinelle à sept points au milieu d’une colonie d’aphiasis sur une oseille sauvage

Robot Por

Avant d’aborder le sujet de l’alimentation, tout d’abord il est nécessaire de comprendre qui sont vraiment les coccinelles. Les entomologistes considèrent les « vraies coccinelles » insectes de la famille des Coccinellidae dans deux souches : Coccinellini (Coccinellini) avec près de 1000 espèces, qui sont divisées en 90 genres, et les Chilocorines réduites (Chilocorini). La famille des Coccinellidae fait partie d’une superfamille (Coccinelloidae), qui comprend 15 familles et plus de 6000 espèces apparentées aux « vraies » coccinelles, mais semblent très différentes. Et tout ce beau petit monde est au cœur du méga groupe de coléoptères (coléoptères « , coléoptères de Anglo-Saxons) Nous nous baignons là dans une variété extrême, loin, très loin de la « coccinelle » !

Coccinelle bruyère (Chilocorus bipustulatus) appartenant à une tige séparée (Chilocorinae)

Dix coccinelles pointillées (Calvia decemguttata) de la tribu coccinelline Dans la famille des vraies coccinelles, il y a aussi de la diversité. Une bonne moitié de l’espèce réagit peu ou plus à l’image archétypale citée dans l’introduction, celle de la coccinelle à sept points, une des espèces qui est très commune en nous (ou du moins jusqu’à l’arrivée de la coccinelle asiatique !)  : un « Coccinelle » arrondi de taille moyenne aux ailes durcies (Elytra) qui forme une coquille sur le corps, aux couleurs vives et brillantes, avec un nombre variable de points ou de points. Mais cette famille comprend aussi autant de types qui ne correspondent pas à ce schéma : couleurs unies et/ou une petite taille et/ou un corps plus allongé ! En outre, dans d’autres ordres d’insectes, nous trouvons des espèces avec un phénomène qui peut rappeler cela des coccinelles !

Forme typique d’une coccinelle, mais il y a aussi des formes plus allongées

Les coccinelles ont deux paires d’ailes : l’Elytra, qui forme la coquille sur le dos, et les ailes membraneuses volent

Coccinelles vues d’en bas : 3 paires d’extrémités des jambes ; tête « rétractée » dans la poitrine en 3 parties ; abdomen de plusieurs segments

Parties orales sous la tête : notez les paumes maxillaires en forme d’hache ; notez également les antennes en club Une vraie coccinelle doit avoir les signes suivants : élytra, qui couvre tout l’abdomen ; antennes courtes, finies dans une chauve-souris arquée et souvent invisible, car il est inséré sous une saillie de la tête, des palpes avec un article typique en forme d’ax, une taille, qui ne dépasse pas le centimètre, une forme arrondie ou ovale de profil, une tête rétractée sous l’avance de la poitrine, formé un petit bouclier plus large que les jambes longues et squat et courtes !

Tête de coccinelle orange : Le pectoral cache partiellement la tête Diversité alimentaire

Nous avons souligné l’introduction de l’image d’Epinal de la coccinelle qui mange des fleurs : bien sûr, il y a sur cette proie un certain nombre d’espèces spécialisées (appelées pucerons, pucerons appelés pucerons), connues du grand public pour leur utilisation dans le contrôle biologique ou simplement comme forces auxiliaires des jardiniers. Mais la réalité s’avère être beaucoup plus diversifiée de deux façons : il y a aussi beaucoup d’espèces qui se nourrissent d’autres choses que les pucerons, et même parmi les espèces prédatrices, nous commençons à réaliser qu’ils combinent souvent leur alimentation avec d’autres éléments. supplément ! Avant d’entrer dans ces nuances, nous soulignons que les larves et les adultes ont le plus souvent le même régime (mais encore une fois il y a des variations !)  ; les femelles se couchent souvent là où elles se nourrissent, de sorte que les larves des œufs trouvent a priori la même nourriture.

Coccinelle asiatique adulte (Harmonia axyridis)

Larve prédateur comme les adultes

Nymphes (équivalent aux chrysaldes papillons) : stade immobile d’où émergera l’adulte On peut donc distinguer trois grands groupes de régimes alimentaires chez les coccinelles selon leur régime dominant : les prédateurs carnivores se nourrissent d’arthropodes (principalement des insectes), de végétariens et encore plus surprenants mangeurs de champignons microscopiques (mycophage).

Non seulement les pucerons

Dans l’ensemble, la plupart des coccinelles prédateurs se nourrissent principalement aux dépens des insectes du groupe des hémiptères. Malgré cela, les pucerons pensent, qui pour différentes espèces est l’aliment de base avec parfois une certaine spécialisation dans un tel groupe de pucerons. Tous les pucerons ne sont pas comestibles, et certains ont des défenses chimiques qui peuvent être mortelles pour les coccinelles. Par exemple, la coccinelle friche peut consommer la feuille de laurier, tandis que celle-ci est toxique à la coccinelle à sept points ou à la coccinelle en damier.

Grande variété de pucerons : pucerons de sureau noir

pucerons toxiques de laurier-rose (Aphis nerii) sur caoutchouc

Lanière puceron avec sa protection des cheveux cireux

Les pucerons de rosier

pucerons rayés sur coquelicot

pucerons verts sur noisetier Les tiges des plantes de patrouille coccinelle évoluent méthodiquement du sol à la lumière jusqu’au sommet des tiges, explorant principalement les veines dans lesquelles les pucerons juteux sont souvent concentrés. Ils semblent détecter cette proie à la fois par contact de leurs antennes et par la vue et l’odeur.

Mais la gamme de proies va au-delà des pucerons. Les psylles sont la proie de certaines espèces du genre Calvia, qui consomment également des pucerons. Les coccinelles de la tribu chilocorinéenne (voir ci-dessus), les Coccidules et les Scymninae (petites espèces) se spécialisent dans les cochenilles, et certains d’entre eux sont utilisés pour lutter biologique contre ces insectes redoutés dans l’agriculture et les plantes d’intérieur. Au-delà de l’hémiptère, nous connaissons au moins six espèces de nos coccinelles qui attaquent les larves de coléoptères, dont la coccinelle rose ou les quatorze coccinelles. Scymninae exploite même les acariens qui ne sont pas des insectes.

Psylles sur une feuille d’érable

Mealybug sur une plante d’intérieur

Cochenille d’en bas : il est préférable de saisir la relation avec les pucerons

Noeud papillon blanc ou noeud papillon blanc

Larves de mouches blanches

larves de coléoptères (insectes du groupe des coléoptères) Après tout, les coccinelles peuvent parfois recourir à divers autres arthropodes, en particulier en cas d’absence de la source principale : larves de syrphes, chenilles, petits coléoptères, œufs d’araignée, larves de coléoptères, etc. pénurie locale souvent en raison de fortes fluctuations de proies d’insectes : les adultes peuvent manger des œufs et des nymphes ( immobile) de leur propre espèce ou d’autres espèces ; les larves peuvent dévorer

végétarien

Dans le groupe des coccinelles, le groupe des Epilachninae se caractérise par son régime strictement végétarien sans suppléments animaux. Deux Les espèces de ce groupe peuvent se rencontrer à la maison. La coccinelle à 24 points habite des habitats herbacés ouverts et se nourrit d’une variété de plantes, dont le feuillage est grainé ; Cependant, elle serait largement associée à une herbe très ordinaire, l’avoine élevé, qui serait sa principale plante hôte, et quand elle commence à couler en saison, elle s’aplatit sur tous les types de plantes décalées, y compris les vers de savon, volés, chenopodes, trèfle, herbe sauvage,…

Coccinelles 24 points (Subcocinella vigintiquaduorpunctata) : espèces strictement végétariennes, mais généralement en termes de sélection des plantes

Notez l’aspect poilu de ces espèces et les traces de consommation de feuilles (ici un saponaire officinal) L’ autre espèce est la coccinelle bryon, qui est beaucoup plus spécialisée et limitée aux plantes de la famille des Cucurbitacées, y compris Bryone, la seule espèce indigène de cette famille dans un La plupart du pays. Il peut s’installer sur les plantes cultivées de cette famille, dont les melons jusqu’au moment de devenir indésirable en raison de dommages à feuilles caduques ! Ces deux espèces ont des mandibulaires différentes de celles des prédateurs qui témoignent de leur spécialisation végétarienne. Dans le paragraphe suivant, nous verrons que d’autres matières végétales, y compris le pollen et le nectar, sont également consommées par de nombreuses espèces de manière complémentaire.

Mycophage

Deux exemples de champignons parasitaires végétaux, dont la fructification peut être mangée par les coccinelles : une grille sur une mûre

Le mildiou blanc sur les feuilles d’un grand berceau Reste le cas surprenant et inconnu d’espèces de mycophages, qui se spécialisent plus ou moins dans la consommation de spores et de mycélium (filaments) de champignons microscopiques plantes parasitaires telles que la rouille, le mildiou (voir les chroniques) ou le mildiou sont. Le groupe halyziinae contient de telles espèces avec la coccinelle orange, clairement arboréale, et dont les larves et les adultes pâturent oeidias ou rouille sur divers arbres, y compris les chênes et les noisettes ou la coccinelle duodénum, mais peuvent parfois compléter avec des pucerons. La petite coccinelle à vingt-deux points est très fréquente, elle semble mycophage plus sévère et n’utilise que la rouille d’une certaine famille (Erysiphaceae). Après tout, la coccinelle à 16 points, très petits et souvent peu herbeux, se nourrit de rouille, mais complète son alimentation avec du pollen ou du nectar et quelques petits arthropodes, y compris les acariens. À leur tour, comme avec les végétariens, ces espèces ont des adaptations au niveau de leurs mandibules, ce qui permet la récolte de ce matériau particulier. Les larves sont également des mycophages chez ces espèces, ce qui souligne leur spécialisation.

Orange mycopale La coccinelle (Halyzia sedecimguttata) se trouve sous une feuille infectée

Sa larve a exactement le même régime

Fruits consommés par les larves et les adultes de ces coccinelles (feuille de noisette)

Coccinelle 22 points (Pllobora vigitiduopunctata) Fermentation alimentaire

Coccinelles oculaires : avec le vieux pin et la consommation de pucerons, ainsi que les cochenilles, les larves d’insectes, le pollen et le miellat

Coccinelle à carreaux (propylea quaduordecimpunctata) : l’une des plus grandes espèces de notre faune Une synthèse bibliographique a montré que de nombreuses coccinelles, prédateurs ou mycophages pouvaient consommer en plus de leur nourriture. Les principaux sont le nectar, le miel de puceron (le liquide doux libéré par les pucerons, qui correspond à l’excès de jus absorbé), le pollen, les fruits, les feuilles et les champignons microscopiques. Ces Les compléments alimentaires sont utilisés lorsque la proie principale devient rare, y compris les pucerons, qui, selon la saison, subissent de fortes fluctuations et migrent entre différentes plantes hôtes. Ils sont également utilisés pour se préparer à l’hivernage (entrée lente dans la vie) ou à la migration devant les adultes, ou pour améliorer la croissance et le développement des larves. Souvent, ces suppléments apportent en fait plus d’énergie que la proie principale. Ainsi, le pollen est moins énergique que les proies pour assurer le bon développement des larves et des adultes, tandis que le sucre (nectar, fruits) chez les adultes a fourni autant d’énergie que de proie ! Les larves avec un régime mixte (bottes habituels suppléments) voient que leur développement est significativement amélioré avec plus de succès pour atteindre l’âge adulte. Les larves auraient un besoin plus urgent que les adultes et que ces suppléments sont complémentaires Fournir des nutriments essentiels pour un développement optimal. Cet aspect a longtemps été ignoré ou considéré comme marginal et conduit à considérer les coccinelles prédateurs plus omnivores, surtout pour les phases larvaires. Un certain opportunisme alimentaire caractérise donc les coccinelles, malgré des spécialisations relatives.

Évolution

La question reste de savoir comment ces différents régimes ont évolué dans l’histoire de cette famille. La descente des coccinelles descendait au minimum jusqu’au Jurassique (150Ma) et peut-être même au Permo-Trias. Le scénario évolutif suivant peut être décrit. La lignée aurait émergé d’un groupe de petits coléoptères mycopaux : serait donc le régime ancestral. En se nourrissant de cette façon, ces insectes auraient « découvert » une nouvelle source alimentaire : le fronton ; leur exploitation aurait été le déclencheur de la diversification du groupe par servi l’ouverture de nouvelles niches. Ensuite, la diversification s’est propagée aux pucerons, aux mouches blanches (mouches blanches) ou aux acariens et aux fourmis, de sorte que ces régimes correspondent aux conditions dérivées. Il est rapporté que l’adoption des pucerons en tant que nouvelle proie a eu lieu sous des formes formées qui se développent en raison de la présence de miellat (fumagine) sur les feuilles.

Deuxièmement, de la ligne de chasseur des ancêtres sont apparus de nouveaux types de nourriture : herbivory, mycophagie et pollinivoire. Pour Mycophage, ce serait donc un retour aux origines lointaines ! Ce retour a été indépendant au moins deux fois : la lignée Halyzia et Psyllobora (voir la coccinelle orange), très spécialisée, et Tytthapsis (voir coccinelle 22 points), qui n’abandonnent pas complètement la prédation.

Seize points coccinelles (Tytthapsis sedecimpunctata) : un très petit type de coccinelles (Tytthapsis sedecimpunctata) Habitats avec un régime alimentaire particulièrement végétarien, qui, cependant, complète certains arthropodes.

Coccinelle à 14 points (Calvia quatuordecimguttata) prédateur pour les pucerons, les psylles, les acariens et les larves des coléoptères.

La coccinelle à 12 points (Vibidia duodecimguttata) est étroitement spécialisée dans les champignons érysiphés, qui, par exemple, sont responsables de l’oidia dans les rosiers. Cela crée une image très dynamique de cette famille avec des passages indépendants vers de nouvelles sources alimentaires. La prédination chez les pucerons, qui ont tendance à subir des fluctuations excessives de la population en peu de temps, a dû stimuler l’adaptation à des aliments plus larges et plus diversifiés ou passer à d’autres sources spécialisées comme les champignons. La consommation de pollen et de nectar chez ces insectes, dont les adultes vivent longtemps, a permis la survie en période de faible proie. Ces capacités joueraient donc un rôle clé dans Diversification des coccinelles jouées.

Bibliographie

  1. Atlas des coccinelles de la Manche. Y. Le Monnier ; A. Livory. De la nature. 2003
  2. La phylogénie moléculaire montre la plasticité de la nourriture dans l’évolution des vraies coccinelles
  3. ( Coléoptères : Coccinellidés : Coccinellini). Escalona et coll. Biologie évolutive BMC (2017) 17:151
  4. Le développement de préférences alimentaires chez Coccinellidae. Giorgi, J et coll. (2009). USDA Laboratoire d’entomologie systématique.
  5. Aspects nutritionnels des aliments non proies dans le cycle biologique des vignes Coccinellidae. Jonathan G. Lundgren. Lutte biologique 51 (2009) 294-305