Réalisation Z-EspaceWeb.com

entete
fondmenu
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

8 impasse des acacias - 58160 SAUVIGNY-LES-BOIS - 06 11 85 28 64 - yl@terredhumus.fr


Terre d'Humus

* 11oct14 : limaces, sol et courgette PDF Imprimer Envoyer

Parmi les cauchemars du jardinier, la limace tient une belle place.

Le jardinier retrouvera peut-être des nuits sereines et des jours paisibles, en suivant les pistes suggérées par cet article, qui est le fruit d'essais et d'observations.

Voici donc une histoire de sol, de limaces et de courgettes.

31 mai 2014 : semis de 14 pieds de courgettes, avec 2 graines pour chaque pied futur, le moins joli des deux plants étant supprimé au stade 4 feuilles.
Le 8 juin, 8 jours après le semis direct, tout semble bien parti.

Le lendemain, une ombre à l'horizon (FEUILLE GRIGNOTÉE).

4 jours plus tard, le 13 juin, la courgette ne répond plus à l'appel.

 

Malgré des températures estivales et pas de pluie ou presque, donc des conditions défavorables aux limaces, le ménage a été fait.
Le même scénario s'est reproduit 14 fois sur les 14 emplacements de semis.

13 juin, retour à la case départ : semis de 2 graines par emplacement, donc à nouveau 28 graines de courgette.
7 à 10 jours plus tard, le constat est le même, après germination, les limaces broutent les cucurbitacées sans scrupule et renouvellent leur score : 100% de pertes.

25 juin : nouvelle tentative . De nouveau, 14x2 graines sont placées en terre. Cette fois, il y aura une consolation : 2 semaines plus tard, 1 pied sur les 28 graines aura survécu aux assauts.

Voici la photo de ce qu'il reste de la planche courgettes en fin de saison (18 septembre) : un magnifique pied de courgette, mais bien solitaire, qui aurait dû être accompagné de 13 voisins.

 

Mais voici qui va donner du baume au coeur : sur la planche voisine, le 25 juin, le même jour que le semis du pied de courgette survivant, 2x2 graines ont été semées pour 1 pied de courgette et 1 de courge.
Résultats : sur les 4 graines, les 4 ont germé et se sont développées correctement.

Récapitulons :

- d'un côté donc, sur la 1° planche 14x2 en 3 vagues : donc 84 graines ont été semées, 1 a pu achever son développement , donc environ 1% de succès.
- sur la planche voisine : 4 graines semées, qui se sont toutes développées en toute impunité, tout en faisant un pied de nez aux baveuses : 100% de succès. Ces 100% de succès sont à comparer à 1 sur 28 pour des semis réalisés le même jour, donc dans les mêmes conditions, ce qui fait environ 4%. Ces chiffres n'ont pas de valeurs statistiques, mais ils indiquent une tendance à vérifier plus scientifiquement (avis aux centres de recherches !).

Comment expliquer donc cet écart ?

Peut-être dans la nature du sol ?
En effet, le sol de la parcelle limoneuse de 8 000m2 sur laquelle ont lieu ces essais est initialement pauvre en humus (de l'ordre de 2%). C'est sur cette terre qu'on été semées les 84 graines, sans apport d'amendement significatif.
En revanche, l'année précédente, la planche voisine a bénéficié de quantités importantes de matières organiques ! BRF, tontes de gazon et foin, en veillant à s'approcher d'un bon équilibre entre les matières ligneuses (BRF) et les matières plus riches en azote (foin et surtout tontes de gazon).

Est-ce à dire qu'une terre correctement pourvue en humus confère aux plantes un haut degré de résistance vis-à-vis de certains fléaux des cultures ?

Ainsi, ce ne serait pas le nombre des limaces présentes qui serait un problème, ni même l'absence de prédateurs des limaces, mais bien les conditions de croissance de la plante qui serait la clé principale de la réussite de notre jardin.

Chaque jardinier pourra essayer de reproduire chez lui ces essais, en veillant à ne pas surdoser les apports d'azote (tontes de gazon, fumiers divers, déchets de cuisine, ...).

En guise de dessert, une deuxième observation qui va dans le même sens : dans mon 2° jardin, à la maison, j'ai semé 4 x 2 pieds de courgette, très précocement (le 05 avril), profitant d'une fenêtre météo favorable. La terre de ce jardin est très pauvre (sable, gravats), mais généreusement améliorée sous forme de lasagnes.
(Voir l'article lasagnes).

La planche a été couverte d'un voile de protection conte le froid (P17). Deux pieds ont poussé normalement. Les 2 autres, semés au milieu d'une mâche en fleur, donc poussant à l'ombre et dans une certaine humidité, ont été grignotés jour après jour.
Ainsi, même si le sol est favorable à la croissance, il faut aussi veiller à mettre la courgette dans des conditions de chaleur suffisante en évitant les ombrages favorables aux voraces.

Voici la planche courgettes de la maison le 10 juin. Les deux plants dévorés ont été remplacés lors d'un semis ultérieur réussi celui-là (les plants de mâche faisant de l'ombre ayant été préalablement supprimés).
Nous y voyons un plant exubérant : c'est un pied de courge (Lady Godiva).
Les deux plants plus petits en bas sont ceux qui ont été ressemés. Une fois les plants bien développés, la planche a été recouverte d'un mulch de 7 à 8 cm de déchets ligneux imbibés trempés dans l'eau 1 heure.

Ensuite, aucune autre intervention ne sera réalisée (ni arrosage, ni désherbage). Au 11 octobre, le plant le plus productif donne toujours des courgettes.
Au total, à cette même date, 8,5Kg auront été récoltés sur ce pied.

 

Pour prolonger la lecture au sujet des attila des jardins sans pattes, vous pouvez aussi lire l'article : la salade qui narguait la limace.

Bonne récolte de courgettes en 2015 !